Demeure de Lineluna

Une maison, remplie de souvenirs (Royaumes Renaissants)
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [RP] A l'aube du commencement...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lineluna

avatar

Nombre de messages : 1084
Localisation : dans ses bras, à jamais
Date d'inscription : 15/12/2007

MessageSujet: [RP] A l'aube du commencement...   Mar 13 Sep - 12:54


[A l'aube du commencement... s'installe le germe d'une nouvelle vie]


Depuis quelques mois déjà on ne voyait plus Lineluna dans son auberge.

Il y a quelques temps, elle passait encore ses journées à papoter avec les clients, mitonner des bons petits plats, faire un brin de ménage, nourrir les poules dans la cour, arracher quelques herbes rebelles dans le potager ou même -certainement bien plus souvent que d'habitude- à rêvasser. Ses deux bouts de chou, Owen et Nya, étaient devenus bien débrouillards, et s'occupaient parfois d'aller faire quelques emplettes au marché pour elle pendant qu'elle s'occupait de servir les clients de l'auberge. Deux vrais petits anges, turbulents certes, mais adorables. Et, la fin de la journée venue, elle longeait tranquillement les remparts pour rentrer chez elle, rue des Maraudeurs, à seulement quelques pas.

Mais aujourd'hui, ce n'était plus le cas.

Heureusement, Emma semblait toujours fidèle au poste à l'auberge des Mille Bulles. Malgré la douleur, elle restait forte. Un trait de famille, certainement. Mais Line en avait été accablée. Les souvenirs et le chagrin qui en résultaient avaient fini par avoir raison d'elle et l'avaient poussé à s'éloigner un peu de la vie doloise. Pour quelques temps tout du moins.

Rares étaient alors les personnes qui avaient remarqué que le petit ventre de Line était déjà bien rond. Comme l'avait dit un jour son cher ami Sorcor, elle était jeune et fertile, et il n'avait pas fallu longtemps à son époux pour lui faire un nouvel enfant. Anxieuse, de prime abord, à l'idée de concevoir une nouvelle fois au vu de ses douloureuses expériences passées, le doute s'était rapidement dissipé dès les premiers signes de sa grossesse et la nouvelle avait été accueillie avec joie dans la maisonnée. Ses enfants se réjouissaient déjà d'avoir un petit frère ou une petite soeur dans quelques mois. Et malgré les habituelles mises en garde au sujet du fait que l'accouchement avait hélas des chances de mal se dérouler, pour le bébé comme pour la maman, sa petite famille demeurait des plus confiantes quand à la suite des évènements. Le papa se montrait des plus attentionné et prévenant, pour le plus grand plaisir de sa femme. C'est vrai quoi, il n'y a pas de raison que ça se passe mal une nouvelle fois... Enfin, pour le moment c'était presque la belle vie -si on oubliait les petits désagréments de la grossesse- le vrai bonheur quoi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://akidora.forumpro.fr/
Lineluna

avatar

Nombre de messages : 1084
Localisation : dans ses bras, à jamais
Date d'inscription : 15/12/2007

MessageSujet: Re: [RP] A l'aube du commencement...   Sam 17 Sep - 1:23


[A l'aube du commencement... se raniment de cruels tourments]


*Non... Je t'en prie... Ne me laisse pas... Anna !!!*

Les yeux de la belle s'ouvrent grands d'un coup, d'effroi son corps réclame un grand bol d'air. Dans sa poitrine, on jurerait entendre battre tambour un jour de fête. Chaque centimètre carré de sa peau semble avoir transpiré à grosses gouttes. Un cauchemar... Ces temps-ci, ça n'arrêtait pas...

Prenant garde à ne pas réveiller son époux, encore paisiblement endormi à ses côtés, la brunette se glisse doucement hors des draps et s'assoit sur le bord du lit conjugal, laissant apparaitre son petit ventre désormais bien arrondi. Les mains délicatement posées sur son ventre, elle chuchote à mi-voix :


Doucement... C'est fini... Maman est là...

D'abord calmer ce coeur qui bat la chamade. Ensuite se remettre, encore, de cette douleur lancinante qu'à laissé son absence.

Indispensable... voilà ce qu'elle était. Plus qu'une amie, une soeur, une jumelle, une confidente, elle était devenue une partie d'elle-même. Et, du jour au lendemain, cette partie s'était emplie de vide. Un vide glacial, colossal, poignant, ...détestable.

Des bras l'enserrèrent alors, tandis que son souffle chaud vint caresser doucement son épaule.

Lui... Heureusement qu'il était là, à ses côtés, inébranlable. Jamais une absence n'avait dû lui faire tant de mal que celle-ci, et pourtant, il restait fort, chaque jour, les remplissant de plaisanteries et de belles attentions. Mais, malgré tout ses efforts, rien n'avait réussi à combler ce vide, ni à apaiser sa douleur.

L'incompréhension... voilà sans doute ce qui la tuait... Pourquoi ? Pourquoi elle ? Pourquoi comme ça ? Pourquoi, bon sang ?! Elle avait tant donné... Et c'est comme ça qu'on l'avait remerciée.

C'est fini. Fini les beaux sourires. Fini les vains efforts. Fini les belles intentions. Désormais, on se passera de moi.


Ne t'en fait pas mon amour, ça va... je vais bien.

Elle penche la tête vers lui et observe son petit minois à moitié endormi. Un petit sourire étire ses lèvres.

Rendormons nous, il est encore tôt. A mon avis, la journée qui s'annonce aura bien trop rapidement son lot de peine pour que l'on délaisse ainsi notre repos.

Paisiblement, blottie au creux de ses bras, elle retrouve lentement ce brin de sommeil si fragile.

Et comme une prémonition, elle reçu le jour même des lettres de Frère Uriel et de Soeur Psy à propos d'Anna.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://akidora.forumpro.fr/
Lineluna

avatar

Nombre de messages : 1084
Localisation : dans ses bras, à jamais
Date d'inscription : 15/12/2007

MessageSujet: Re: [RP] A l'aube du commencement...   Lun 26 Sep - 17:26


[A l'aube du commencement... se rassemblent les perles de sa vie]


Précédemment à l'église Notre-Dame Boulassique de Dole...

Spoiler:
 

Réhabiliter la mémoire d'Anna alors qu'elle avait été excomuniée par l'Inquisition, eux qui faisaient partie de l'Eglise, eux qui devaient surement risquer gros en remuant cette histoire. Quel courage ils avaient, celui qu'elle aimait à appeler "Prince Uriel" et sa grande amie Psy. Line n'avait jamais eu la chance de rencontrer en personne Frère Uriel mais ses intentions actuelles, alors dévoilées par cette lettre, ne faisaient que confirmer la bienveillance de cet homme, si souvent décrite par son amie. Jamais elle n'avait tarit d'éloges à son égard. Elle la revoyait encore, enthousiasmée, lui vanter les mérites de ce grand homme. Elle la revoyait encore, elle, et puis... leurs longues conversations animées, leurs dégustations de cervoise, leurs prises de bec pour un détail, leurs embrassades de réconcilliation, leurs larmes de joie, de peine, de désespoir, leurs rires, leurs idées qui fusent, leur complicité, leur amitié sans failles... Bon sang, ce qu'elle pouvait lui manquer... Comment avaient-ils pu lui enlever si cruellement ? Quelle atroce injustice...

Des beaux souvenirs, elle en avait à la pelle, tellement beaux... Anna... Elles avaient vécu tellement de choses ensemble qu'elle pourrait en parler des heures durant. Seulement elle n'arrivait plus à trouver les mots. Les mots, c'était son outils à elle. Et depuis qu'elle était partie, il lui semblait que les siens avaient filé la rejoindre.

Néanmoins, jamais elle ne pourrait abandonner Anna. Autrefois, elle aurait donné sa vie pour elle, sans hésiter une seule seconde. Aujourd'hui, c'était inutile. Mais ses souvenirs l'étaient en revanche. Il était temps de se rendre à l'église à présent. Les mots viendraient surement une fois là-bas... pour Anna.

La brunette escalada doucement les marches du parvis de l'église. Elle posa une main sur son ventre bien rond en grimaçant légèrement. Arg...Pourquoi est-ce qu'il choisissait ce moment pour s'agiter ? Serait-ce les battements de son coeur, désormais puissants, qui l'auraient dérangé ? Ou sentait-il les émotions qui troublaient sa mère à présent ? Line s'appuya doucement contre l'une des colonnes de l'église pour se reposer un peu, quand elle aperçu son ami Heylias qui s'apprêtait à ressortir.


Tiens, le moustachu ! Ravie de te revoir depuis le temps. Puisque tu sembles t'en aller, j'en conclu que Frère Uriel t'a reçu. Merci d'être venu... pour Anna.

Lui adressant un petit sourire, elle poursuivit :

Alors, que deviens-tu Hey ? Pour ma part, j'ai pris quelques rondeurs qui ne passent pas vraiment inaperçues, comme se plait si bien à me le rapeller un ami. Je sais bien que je me fais rare, mais j'ai décidé de lacher quelques unes de mes responsabilités, pour ne pas dire toutes. Je profite de mon temps libre pour m'occuper de l'éducation de mes enfants, que j'ai bien trop souvent négligés d'ailleurs. Un peu de repos, ce n'est pas plus mal après tout...

L'écoutant poursuivre, elle ne tarda pas à prendre gentiment congé de son ami. C'est qu'il commençait déjà à peser son poids ce bout de chou !

J'espère te revoir bientôt moi aussi. Porte-toi bien, et bon courage pour tes études surtout.

Elle traversa alors la nef pour aller à la rencontre d'Uriel.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://akidora.forumpro.fr/
Lineluna

avatar

Nombre de messages : 1084
Localisation : dans ses bras, à jamais
Date d'inscription : 15/12/2007

MessageSujet: [RP] A l'aube du commencement...    Mer 12 Oct - 0:20


[A l'aube du commencement... s'égrainent les souvenirs]


Spoiler:
 

Uriel ayant du s'absenter pour raison familiale, Line ne put pas s'entretenir avec lui afin de lui confier ses précieux souvenirs au sujet d'Anna. Psy et lui étaient emprunts d'une profonde émotion à chaque fois qu'ils parlaient de son amie. Elle leur était chère à eux aussi. Tellement qu'ils entreprenaient tout ce qui était en leur pouvoir pour que sa mémoire soit sauve à l'avenir. Ils avaient vraiment un coeur immense.

Au vu de l'état émotionnel dans laquelle Line s'était retrouvée en les écoutant parler d'Anna, elle avait finalement préféré rentrer chez elle en leur assurant qu'ils auraient son témoignage rapidement, même si elle devait sacrifier quelques nuits de sommeil pour ça. Coucher ses souvenirs sur le papier s'avérait finalement tout aussi difficile que les énoncer à l'oral.

Installée dans son bureau de travail, celui dans lequel Anna aimait à venir écrire, rire, boire ou réfléchir, tout simplement, elle prit une plume et commença sa longue lettre.



Bonjour Frère Uriel,

Comme promis, je vous adresse mon témoignage à l'égard d'Anna Perenna. Je vais tenter de ne pas faire trop long... j'en ai tellement à dire que je peine à faire le tri de ce que je m'apprête à écrire. En espérant que sa mémoire puisse être rétablie, je vous confie mes souvenirs.



Et elle n'en avait pas qu'un peu... Il fallait néanmoins choisir ceux qui seraient pertinents au vu de la quête des deux clercs. Mais par où commencer ? Il y avait tant à dire. Le début. Oui, sa rencontre avec Anna. Elle s'en souviendra toujours.


Je me rappelle encore de ma rencontre avec Anna. C'était par le biais du Comité des Fêtes de notre belle Franche-Comté. Anna était une fine plume. Son truc, à elle, c'était les mots, elle les façonnait, les triturait, les déchirait, pour tirer le meilleur d'eux-mêmes. Rien à voir avec l'animation me direz-vous. A premier abord, c'était vrai. Contrairement à moi qui adorait organiser toutes sortes d'évènements divers et variés pour distraire le peuple, ça ne lui disait strictement rien. Et pourtant, notre rencontre a tout changé. En associant nos talents, nous avons monté plusieurs éditions de concours d'écriture qui ont connus un fier succès parmi les Comtois qui voyait là un moyen original de s'exprimer à leur guise. Sans elle, jamais il ne me serait venu à l'idée d'organiser pareille distraction pour notre peuple, et cette dernière est arrivée à point nommée entre une scène politique troublée et une puissante lassitude des Comtois.

En parallèle, "Vox populi" voyait le jour. Ce journal comtois, dont Anna était la rédactrice en chef ainsi que l'instigatrice, fut créé dans le but d'offrir un moyen d'expression au peuple comtois. Anna y écrivait de nombreux articles traitant d'une multitude de sujets allant de la simple distraction aux questions existentielles du moment. Elle y étalait très justement les humeurs et les état-d'âme du petit peuple. Elle disait tout haut ce que tous les opprimés ne faisaient que murmurer. De nombreuses personnes ont lu ou se sont fait lire ses articles à travers la Franche-Comté. La renommée de ce journal a même dépassé quelques fois les frontières du duché. Certains lecteurs prenaient la plume pour adresser quelques critiques à Anna, des bonnes comme des mauvaises, mais dont elle tenait toujours compte. Elle tenait énormément à ce que ses lecteurs s'expriment -elle avait d'ailleurs ouvert un bureau au Comité des fêtes rien que pour y recevoir ces derniers-, allant quelques fois jusqu'à les pousser dans leurs derniers retranchements par le biais de ses articles. Par ses écrits, elle avait trouvé le moyen de les renforcer et de les rendre plus forts. Ne dit-on pas que au pied du mur qu'on voit le mieux le mur ? Auquel cas, il ne reste plus qu'une solution, tenter de faire front. Anna n'a jamais mâché ses mots, c'est d'ailleurs ce qui lui a valu de si nombreux ennemis.

Je me souviens encore de la première personne qui est venue s'indigner contre l'un des articles qu'Anna avait écrit, c'était un homme. Le seul qui a osé prononcer une critique négative de façon "ouverte", si je puis le dire ainsi. Les autres mécontents ont préféré se contenter de quelques missives adressées directement à l'intéressée. J'en fus d'ailleurs fort peinée car faire partager leur avis, leurs réactions et faire entendre leur voix était justement l'objectif premier de ce journal. Mais soit, il n'était pas question de forcer qui que ce soit à quoi que ce soit, surtout si par là même ils avaient l'impression de se mettre en danger vis-à-vis de l'expression de leur opinion personnelle. J'appréciais énormément la façon de voir de mon amie, cette fois-là, elle lui avait répondu : "Je préfère cent fois recevoir une opinion défavorable en ma faveur car les bonnes critiques mènent au piège du confort. (...) Votre opinion qui va à l'encontre de la mienne est un baptême du feu qui me pousse à être encore plus forte et à aller de l'avant."



Line serra les dents et posa ses mains sur son ventre. Son bébé s'agitait fortement. La position qui le dérangeait peut-être ? Non, il devait certainement sentir que sa maman était troublée.

- Du calme là-dedans, du calme... Tout va bien, chuuut...

La chaleur de ses mains semblait avoir clamé un peu les douleurs et surtout les agitations de son bébé.

- Maman n'a pas terminé sa lettre. C'est très important, il faut que j'aille jusqu'au bout.

Line relu les derniers paragraphes. Elle avait peut-être été un peu catégoriques sur certains point, reprenons.


J'ai parlé plus haut d'ennemis, je nuancerai en disant plutôt que ces gens ne partageaient pas ses opinions ou ses façons de voir certaines choses. Anna était différente. C'était une battante, toujours prête à défendre les plus faibles à la moindre injustice. Combien de miséreux, d'infirmes ou de pieds poudreux a-t-elle aidé dans sa courte vie ? Je ne saurai le dire avec certitude, mais une chose est sure nombreux lui doivent beaucoup, et moi la première. Anna était droite, franche et honnête. Elle parlait sans détours, assumant ses convictions jusqu'à son dernier souffle.

Si vous le souhaitez, je peux vous laisser l'adresse du dit bureau. Les quelques avis publiquement reçus ont été consignés là bas, peut-être y trouverez-vous matière pour agrémenter vos témoignages.



S'en suivi une adresse, le dessin d'un plan succin du Comité des fêtes et de la manière d'accéder au salon public du journal.

A la suite de cela, Line fit une petite pause. Elle en avait déjà bien écrit. Mais il manquait encore beaucoup de choses... Sa prose n'était pas non plus aussi bonne que celle de son amie. Bah... l'important était d'y mettre le coeur. Pour l'heure, il était temps d'aller préparer le repas du soir pour sa petite famille. Son homme n'allait pas tarder à rentrer du travail et il aurait bien besoin de se remplir le ventre.

Tout en cuisinant, elle posa son regard sur ses enfants qui jouaient au salon avec des morceaux de bois. Owen avait construit une sorte de château qui servait de terrain de jeux aux deux bouts de chou. C'était agréable de les voir jouer ensemble sans se chamailler. Mais le calme était souvent de courte durée. Heureusement que le papa n'avait pas tardé à rentrer.

Sa Nya était devenue grande depuis le jour où elle l'avait vue pour la première fois, si chétive, tellement faible qu'elle avait eu si peur de la perdre à la naissance. Son étoile avait éclairée sa vie. Et tout ça elle le devait aussi à Anna. Que serait-elle devenue aujourd'hui si elle n'avait pas été là à l'époque ? Seul Deos le sait. Mais elle avait été présente, et sa vie avait été belle, merveilleusement belle. Elle lui devait tant. Ce qu'elle pouvait lui manquer...

(...)

Ce n'est que le surlendemain que Line eut le temps, et le courage, de reprendre sa lettre. L'exercice était difficile, et terriblement douloureux. Mais elle ne devait plus pleurer. Qu'est-ce qu'elle dirait Anna en la voyant ainsi ? Elle s'imagina son amie lui dire :
"Line, t'es pas belle quand tu pleures, sourit !" et elle se moqua d'elle-même. L'idée y était sans doute.


Anna a toujours été très proche du peuple. Plus tard, elle mettra ce talent pour le verbe au service de l'église en prononçant des homélies toujours très adaptées vis-à-vis des préoccupations du moment, attirant de nouveau à l'église les fidèles qui semblaient avoir perdu la foi. Dole manquait cruellement d'un diacre depuis quelques temps déjà et le nombre de fidèles qui se rendait aux rares offices diminuait de plus en plus au fur et à mesure du temps qui passait. Lorsque le poste a été proposé à Anna, elle occupait déjà des fonctions importantes au sein de la Garde Civile de Dole, si je ne me trompe pas. Ses fonctions, qu'elle assumait avec une grande qualité, lui demandaient déjà une certaine quantité de travail. Mais, n'écoutant que la partie d'elle-même qui voulait le bien-être du peuple avant tout, elle accepta de tenir également une fonction au sein de l'église.

A partir de sa nomination, et du fait de la qualité de ses prêches, il y a eu une recrudescence de demandes de baptêmes et de mariages de la part des Dolois. Anna mettait beaucoup d'elle-même dans les cérémonies qu'elle officiait, ajoutant toujours un petit détail pour rendre l'office plus personnel vis-à-vis du fidèle qui avait nouvellement choisi d'entrer dans la communauté Aristotélicienne ou de lier sa vie à celle d'un autre fidèle. Anna était très à l'écoute des autres, beaucoup plus qu'envers sa propre personne d'ailleurs.

L'Amitié était la vertu à laquelle Anna accordait la plus haute importance. Plus qu'une amie fidèle, Anna était pour moi une confidente, une soeur jumelle, jusqu'à devenir une partie de moi-même. Nous étions devenues inséparables. Loin l'une de l'autre, nous perdions notre joie de vivre et la force qui nous permettait de mettre notre vie au service des autres. Mais ensemble, nous étions capables des plus grandes choses. Personnellement, je dois beaucoup à Anna. Elle m'a apporté tellement de belles choses, à commencer par une main secourable au moment où j'en avais le plus besoin. Elle a toujours été présente lorsque j'avais besoin d'une épaule sur laquelle pleurer ou d'une amie à qui confier mes soucis.



Encore une pause. Retenir ses larmes. Elles feraient tache.
Irremplaçable.
On peut trouver du réconfort ailleurs, oui. Mais ce ne sera jamais pareil, plus jamais.
Aller... continuons.



Autrefois, lorsque je me suis établie à Dole, c'est la chaleur des habitants de la rue des Maraudeurs qui m'a redonné un peu de vie et qui m'a permis d'avancer à nouveau, mais surtout sa présence à Elle. Elle m'a toujours poussée en avant. Au sujet de cette fameuse rue des bas-quartiers, dans laquelle nous vivions toutes les deux, en compagnie de nombre d'autres gens, elle avait dit un jour : "Ah c'est formidable ! Quel bonheur vraiment ! Une rue pleine de vie où tous les gens malgré leur misère tentent de s'enrichir par l'intéressement à l'autre et où ils tentent d'oublier leurs tracas par une insolence et une non conformité bouleversante...vraiment". Malgré la pauvreté qui nous entourait, un vrai lien s'était établi entre les habitants des bas-quartiers, un lien d'amitié et d'entraide sincère et désintéressée.

La ville de Dole a de nombreuses raisons d'être redevable à Anna car c'est en partie grâce à elle qu'elle a connu de si beaux jours ces dernières années. Une auberge accueillante et agréable, de superbes jardins, des bas-quartiers animés, des divertissements en place publique, un accueil de qualité des voyageur et des nouveaux habitants, des prêches captivantes et une sécurité presque assurée pour les dolois. Anna a grandement collaboré au bien-être que l'on pouvait ressentir à Dole. Comme le dit si bien Maecenas, Anna était l'âme de cette ville si chère à nos coeurs. Sans elle, nous nous retrouvons tous désoeuvrés à présent.



Sa façon d'énoncer les choses, ça l'avait marqué. Il avait totalement raison. Line avait beau aimer sa ville de tout son coeur, Anna avait toujours été là pour la soutenir dans ses projets. Rien que sa présence lui suffisait à avoir confiance en ses choix et à mettre en place ce qui lui tenait tant à coeur. Mais sans elle, il manquait la petite étincelle grâce à laquelle ses idées germaient. Non, l'envie avait beau y être toujours, elle n'y arrivait plus.

Regardant les trois autres parchemins qui constituaient sa lettre, elle réalisa qu'il était surement temps de mettre un terme à son témoignage. Elle avait mis tout son coeur dans cette lettre. Autant qu'elle avait pu le faire. espérons que cela convienne.



Je crains d'avoir déjà noirci trop de pages, j'arrêterai donc là mon témoignage. Je serais fort consternée si les faits développés plus haut ne suffisaient pas à convaincre de l'altruisme et de la bonté d'Anna.

Avec toute ma considération,
Lineluna



La relire une dernière fois.
Soupirer d'un air non satisfait. Elle aurait pu faire mieux. Encore mieux.
Cela suffit, c'est déjà bien assez.
Mais Anna... Si j'avais pu...

Une boule se forma dans sa gorge. Sans prévenir, ses yeux s'emplirent de larmes qui coulèrent rapidement le long de ses joues sans qu'elle ait le temps de les retenir.

Je ne t'aurai pas laissée partir...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://akidora.forumpro.fr/
Lineluna

avatar

Nombre de messages : 1084
Localisation : dans ses bras, à jamais
Date d'inscription : 15/12/2007

MessageSujet: Partante pour une petite virée au front ? En avant !!   Jeu 13 Oct - 12:28


[A l'aube du commencement... se profile l'ombre d'un grand voyage]


En quelques jours, la lettre fut confiée à un messager, les Mille Bulle vu ses fûts vidés et son enseigne retirée, la demeure de Line fut la scène d'un remue-ménage sans pareil, des malles furents remplies et une clef tournera bientôt dans une serrure, certainement pour la dernière fois avant bien longtemps.

Pas d'Adieux. Seulement un A bientôt prononcé sans grande conviction.

Et la route qui l'apelle, inlassablement. Il est temps.



Copie du journal de Line :

Lundi 10 octobre - Dole

L'heure du départ approche à grand pas. Mes affaires sont prêtes depuis des jours, il ne reste plus que les derniers détails à régler. Vivement qu'on parte ! J'etouffe de plus en plus ici, le poids des souvenirs qui me lient encore à Dole est devenu bien trop lourd à porter. La perspective d'un voyage me fait miroiter des jours meilleurs. Au coeur de la guerre, ce sera certainement difficile mais sait-on jamais, je n'ai pas souvenir d'avoir été déçue par un seul de mes voyages jusqu'à aujourd'hui, je suis pourtant tombée plusieurs fois au coeur d'une guerre. J'ai grand besoin de changement. Temporaire ou permanent ? Je ne saurai le dire. Une chose est sure, plus rien ne m'attache vraiment à Dole à présent, à part Mae et Hey, puisqu'Emma sera à mes côtés.

Ce soir, je ferme les Mille Bulles, que les fûts soient vides ou non. Certains mécontents -à savoir Hey- ont tenté de m'en empêcher. Peine perdue, je part alors je ferme, point. Même si je suis peinée de fermer cette porte.. je sais qu'elle se réouvrira à nouveau. Emma en prendra la suite, en souvenir de tous les bons moment qu'on a vécus ici. Elle me fait penser à Anna parfois. A n'en pas douter, leur caractère déterminé est bien de famille. Je suis heureuse de l'avoir également pour amie.

Mae m'a fait promettre de ne pas la quitter. Quand notre présence deviendra une carence, il s'est juré de nous retrouver. Ensemble, nous serons plus faciles à rejoindre d'après lui. Il n'y a pas de limite de temps, je tiendrai donc cette promesse jusqu'en Flandres.


Nous avons pris la route à la nuit tombée. Emma m'a placée dans la charette avec les enfants. Nixz ne partira que demain, quelques derniers détails à régler pour ce jour. Espérons qu'il nous rejoigne rapidement car sa présence à lui risque de rapidement devenir une carence.

Mae et Hey me manqueront. Je ne voulais pas d'adieux. Ce soir était un soir comme les autres. Je les ai mis dehors avec un sourire et l'assurance qu'il me sont chers. J'ai soutenu que je prendrai soin de moi. Un instant plus tard j'étais déjà partie. Je ne vous oublierais pas, même si je ne reviens jamais.


Mardi 11 octobre - Dijon

J'ai fait la connaissance d'Ellana..., Silloe et Clothaire. Ellana, une brune à fort caractère, révoltée contre le manque de fer du à la guerre en place qui l'empêchait de faire son travail correctement. Elle était convaincue que la Normandie est la terre qu'il lui faut, à part le froid ce serait un vrai paradis. Je lui ai pourtant énuméré de nombreux détails déplaisants de ma dernière escapade là-bas. Il semblerait que mes arguments aient eu le contraire de l'effet escompté en plus de renforcer son envie de s'y rendre. Si elle cherche des gens à ennuyer, les Normands sont sans doute les plus aptes pour cet exercice. Dire qu'elle rêve d'en balancer un ou deux du haut d'une falaise et de ne s'éloigner que lorsqu'elle en aura entendu le "plouf". Un drôle de bout de femme. Elle-même crie haut et fort qu'elle n'est pas des plus fréquentables, fort heureusement, et gage qu'on doit s'ennuyer a mourir a force d'etre quelqu'un de bien. Elle n'a pas tord parfois. Si d'aventure je croise au nord du royaume une masse diforme sous les epaisseur de cape, il est fort possible que ce soit Ellana. Je ne manquerai pas de la saluer à nouveau et de m'enquérir de son périple. Silloe, en revanche, semblait avoir un caractère moins mutin, sans être docile pour autant. Elle semblait plus sensible aux gens intéressants de part les propres affres de leur personnalité que ces prétendues âmes respectables, ce à quoi je suis tout à fait en accord. Et pour finir Clothaire, un rouquin qui m'a semblé déterminé et narquois. Il voulait à tout prix se rendre à Fribourg en extrême urgence, essayant de détourner Ellana de ses projets normands pour se constituer une escorte. C'était amusant.

De nombreuses personnes ont été mobilisées pour ravitailler le front en vivres. Tous les villages se vident peu à peu et les résidents encore sur place se tiennent les coudes comme ils peuvent.


Mercredi 12 octobre - Langres

Le village me semble toujours aussi agréable qu'à l'accoutumée. Peu de monde, mais des gens solidaires et chaleureux. Liloue et Yanis m'ont réservé un bon accueil. A la vue de ma bourse bien remplie, ils m'ont mise en garde sur la forte présence de brigands dans le nord ainsi que la possibilité que les armées artésiennes soient en mode fauchage aux frontières du duché. Espérons que ce ne soit pas le cas ou nous risquerions d'y perdre la vie.

J'ai besoin d'un peu de repos. Une pause permettrait également à Nixz de nous rejoindre à son rythme. Nous poserons donc nos affaires à Langres un moment. Grâce à Liloue, j'ai obtenu le nom du prévôt. Il serait certainement de bon ton de demander un Laisser-Passer pour notre petite équipe, on ne sait jamais. Il en fallait bien un pour la Bourgogne hier.



Citation :
Bonjour Emma,

Tu as du, toi aussi, recevoir une lettre d'Ewen concernant une demande de Laisser-Passer. Je pense qu'il n'est pas nécessaire d'en tenir compte puisque nous avons déjà quitté la Bourgogne.

Ne sachant pas si tu avais déjà adressé une demande de LP pour la Champagne, j'ai pris la liberté de la faire avant d'être harcelée par les douaniers. Si la demande a été faite en double, eh bien tant pis, c'est toujours mieux que de ne pas l'avoir fait.

Pour information, je te place ci-après une copie de ma lettre au prévôt des maréchaux de Champagne :


Citation :
Bonjour dame Hersent,

Je suis de passage en Champagne avec des amis. Nous souhaiterions seulement traverser le duché en direction de l'Artois.

En ces temps troublés, je ne doute pas qu'un Laisser-Passer doit être demandé, aussi dame Liloue m'a adressée à vous.

Notre groupe se compose de quatre personnes : Ange, Emma., Lineluna et Nixz. Ce dernier, ayant raté le départ d'hier, n'entrera en DR que demain.

Est-il possible d'obtenir une autorisation de circuler en Champagne pour notre groupe ?

Je vous remercie et m'excuse d'avance si la demande avait déjà été formulée par dame Emma.,
Lineluna


Comme dit dans cette lettre, Nixz se trouve aujourd'hui à Dijon. Il nous rejoindra donc demain à Langres.

Je t'embrasse mon amie,
Line

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://akidora.forumpro.fr/
Lineluna

avatar

Nombre de messages : 1084
Localisation : dans ses bras, à jamais
Date d'inscription : 15/12/2007

MessageSujet: Partante pour une petite virée au front ? En avant !!   Lun 17 Oct - 13:21


[A l'aube du commencement... prospèrent les petites graines du bonheur]


[Le Lac aux Cygnes - Langres]



Line aimait la verdure et les senteurs mêlées des jardins. C’était un lieu agréable. Le meilleur, d’après elle, pour évacuer ses angoisses et retrouver sa précieuse sérénité. Aussi, c’était la première des choses qu’elle cherchait en arrivant dans un nouveau village.

Bien qu'elle ne trouva pas exactement ce à quoi elle s'attendait, cette fois elle ne fut pas déçue. A Langres, au pieds des remparts du village, il y avait un lieu qui s'appellait le lac aux cygnes. D'aucuns auraient trouvé ça incroyable de trouver un coin si agréable dans ce petit village endormi, mais Line n'était pas surprise. A l'image de Langres elle-même, ce lieu était emprunt de douceur et de fraicheur paisible. Un vrai rêve pour la voyageuse enceinte qu’elle était à présent.

Eprouvant quelques difficultés à se tenir longtemps debout à ce stade de sa grossesse, Line s'assit un moment sur un banc de pierre et posa son regard sur le paysage. L’automne était bien là. Les arbres alentours s’étaient parés de mille et une couleurs. C’était vraiment un spectacle magnifique.

Une petite tornade blanche, en la personne de son fils, vint faire s’envoler le tapis de feuilles qui recouvrait négligemment les chemins. Il avait l’air de plutôt bien s’amuser.

Plus loin, sa puce ramassait de grosses feuilles d’automne pour en faire un bouquet qu’elle vint offrir à sa maman avant de rejoindre son frère.



Line les observa, le sourire aux lèvres. Elle les aimait fort ses précieux trésors. Ils étaient toute sa vie à présent.


Owen, Nya, faites bien attention à ne pas tomber à l’eau, d’accord ? Et n'ennuyez pas les cygnes surtout, sinon, gare à vos doigts !

Dans un Oui mamaaan clamé en cœur, les deux gamins se dirigèrent tout de même vers les bords du lac, attirés par le couple de cygnes qui se prélassait tranquillement près du rivage.

Des rires lui parvinrent rapidement. Qu’est-ce qu’ils avaient bien pu trouver comme distraction cette fois ? En s’approchant d’un air tranquille, elle les trouva en train d’imiter la grenouille qu’ils avaient aperçue quelques secondes auparavant, avant qu’elle ne rejoigne le fond du lac, certainement dérangée par les deux enfants. Line éclata d’un rire enjoué lorsqu’ils sautillèrent vers elle en lâchant des
Croaa fort bien imités, il faut le dire.

Vous êtes charmants comme ça, vous le savez ?

Les prenant dans ses bras, amusée, elle ajouta :

Je me ferai bien une ou deux cuisses de grenouille moi ce soir, qu’est-ce que vous en dites mes petites rainettes ?

S’en suivi des petits cris désapprobateurs qu’elle accueilli avec plaisir.

Très bien, très bien, pas de grenouilles alors. Il va falloir trouver autre chose ! Et si on allait retrouver papa, il a peut-être une idée là-dessus, lui ?

Et la petite famille s’éloigna en direction du centre du village en bavardant gaiement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://akidora.forumpro.fr/
Marie

avatar

Nombre de messages : 249
Age : 30
Localisation : Nulle part
Humeur : bonne en général, mais faut pas m'emm...
Date d'inscription : 06/07/2009

MessageSujet: Re: [RP] A l'aube du commencement...   Ven 21 Oct - 18:41

Le 13 octobre, peu de temps après le départ de Dole de Line...

( Joué par Féline et Stan)

Il y avait bien longtemps que Féline n'était plus revenue à Dole. Et c'est en s'engageant dans la Rue des Maraudeurs en compagnie de son compagnon qu'elle aimait tant : Stan, que la jeune femme âgée aujourd'hui de tout juste vingt ans ressentit une bouleversante émotion.

Elle serra fort les doigts de Stan ; celui-ci comprit alors son émoi. Stan était attentionné et délicat, toujours proche de Féline. Cela faisait maintenant plus de cinq ans qu'ils étaient ensemble, depuis la célébration du mariage de Line, la maman de Stan, et rien, absolument rien n'était venu troubler leur idylle.
Mais en passant devant les grilles rouillées de l'ancienne demeure de Féline et de sa maman, le jeune homme perçut un émoi incomparable de la part de sa belle amante.

- Ne crains rien mon amour, je suis là près de toi. Je comprends ce que tu peux ressentir,je suis tout aussi ému que toi...allez viens, nous arrivons à la demeure de maman...

Féline se rappelait les jardins de Line, la terrasse, le hall d'entrée, les pièces où elle jouait autrefois avec Stan et Owen...leurs parties de rire et surtout les longues discussions et les grands éclats de rire de Line et de sa maman.

En passant par le salon, le regard de Féline fit le tour de la pièce, c'est dans cette pièce que sa mère aida Line à mettre au monde la petite Nya, puis ses yeux se posèrent sur le bureau où traînaient certaines missives et entre aperçut le nom d'Anna sur l'une d'elles. Laissant Stan prendre soin de retirer quelques effets, elle s'assit sur une bergère et en tremblant prit connaissance des missives disposées sur la petite table...

Cette fois s'en était trop, elle porta les mains à ses yeux et s'effondra en larmes...même après la mort de sa mère on parlait encore d'elle...des gens, de bonnes personnes ne se décourageaient pas et tentaient de la réhabiliter.

Se faisant violence, et après un effort surhumain, elle s'empara d'un vélin, d'une plume et écrivit...


Citation :
Ma chère Line...

Je te demande pardon, de n’avoir été à tes côtés lorsque les criminels ont craché sur maman, ces crachats ont dû salir ton corps pur et innocent et je n'ai même pas été présente près de toi... près de vous qui l'avaient défendue et la défendaient encore.
Line...toi et Maman m'avaient toujours épatée par votre gaieté, votre sourire tendre et pur qui ne vous quittait guère.
Je viens de lire les témoignages que de belles âmes ont manifesté pour redorer sa mémoire et surtout la lettre que tu as écrite à Monseigneur Uriel, je m'aperçois à ce jour quel a pu être votre lot de souffrances à toutes les deux, et je ne saurais te dire à quel point maman a pu être fière de t'avoir comme amie, toi qui n'hésite pas à mêler ton sang à tous ceux qui l'ont défendu et surtout à celui de ma mère.

Anna est morte dans son âme et dans son corps pour ressusciter dans la tienne ma chère Line, malgré tes souffrances et tes tristesses, malgré le chaos et la démence. Je crois bien pouvoir te dire sans me tromper qu'elle t'adorait...et qu'elle a toujours vu en toi SA lumière. Oui, tu étais sa voie, sa boussole...l'être Unique de sa vie.

Line...au nom de quel Dieu de la mort l’ont-ils tué ? Au nom de quel paganisme l'ont-ils crucifié ?… Savaient-ils vraiment ce qu’ils faisaient ?
Je ne demande pas une vengeance ou une revanche, mais une victoire…la victoire du juste sur le faux, de la vie sur la mort, de l’innocence sur la perfidie, du sang sur l’ épée…Son sang ne sera pas vain, ma chère Line, car il a sanctifié la terre de notre Franche-Comté et son sourire tendre continuera à illuminer du ciel les ténèbres de nos nuits et à nous annoncer des lendemains meilleurs.

Je pense souvent à ce qu'elle a dû endurer en ces derniers instants, cela a dû être terrible pour elle de se trouver délaissée, incomprise...mais la vengeance ne mène à rien ; elle ne contribue qu'à noircir la vie.
Il faut avoir une sacrée force d'âme pour accepter le choix d'autrui et d'assumer les nôtres...

Aujourd'hui, son sang a dit son dernier mot, verdict de fidélité et de patience, d’espoir contre toute souffrance, et de survie malgré la mort, malgré le néant.

Oh Line, amie de ma maman, son sang n’a pas été versé en vain…et l’autel de son église n’était pas une mascarade…elle avait pris son rôle au sérieux tu sais, jusqu’au bout, avec un sourire que rien n’éteindra jamais.

Elle reposa la plume, et mit en évidence le vélin. Puis brusquement fit volte face. Stan se dressait derrière elle et lui souriait amoureux et très fier de son amante.
Il l'incita à se lever et la serra dans ses bras. L'embrassa tendrement.


- Laisse-là reposer en paix mon amour. Elle a accompli sa mission, une très belle mission. maintenant c'est une affaire de sentiments et de souvenirs entre ma mère et la tienne. Ce qui compte à présent, c'est ce que l'on ressent pour elle.

Puis tous deux sortirent dans les jardins, pour profiter des toutes dernières heures de douceur de l'automne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lineluna

avatar

Nombre de messages : 1084
Localisation : dans ses bras, à jamais
Date d'inscription : 15/12/2007

MessageSujet: Re: [RP] A l'aube du commencement...   Mer 2 Nov - 11:43


[A l'aube du commencement... se sèment des petites miettes d’intérêt]



" Et si on restait là et qu’on mettait nos talents au service de ce village ? "

- - - - - -

Jeudi 13 octobre – Langres, deuxième jour

Emma va me rendre folle ! Il faut qu’elle arrête de lancer des idées en l’air avec un air sérieux. Comme si on pouvait rester à Langres et s’y investir à nouveau pour rendre cette ville aussi belle que ce qu’on avait fait à Dole autrefois. Non mais j’y crois pas ! Elle a failli m’avoir en plus !

Emma a le projet de voyager pour recueillir des idées d’animation et trouver à faire une alliance inter-duché avec un voisin. Je lui souhaite bien du courage tiens. Mais pour moi c’est non, non et non ! Je n’ai pas recommencé à voyager pour me poser à deux jours de Dole et monter une alliance avec la FC. J’en peux plus de ce duché, il me sort par les yeux. Je suis contente de l’avoir quitté, bien contente. J’espère même ne plus y revenir, tiens.

N’empêche, il y avait un peu de potentiel à Langres. Pas grand monde mais des gens bien, motivés pour s’investir et faire bouger les choses. Mais le mouvement n’en est seulement qu’au commencement, ils tâtonnent un peu au hasard dans leurs nouvelles fonctions de conseillers municipaux/tribun, et l’animation ce n’est pas vraiment leur dada. J’ai bien essayé de leur donner quelques conseils, mais ça ne semblait réellement intéresser personne. Ils veulent de l’animation, mais ne sont pas très motivés pour s’en occuper eux-mêmes. J’en aurai presque envie de relever le défi à nouveau…


- - - - - -

Faire revivre un village, c’est d’abord le faire vivre soi-même. Je veux dire par là aimer son village et en être fier. Ça s’entend tout de suite quand on aime quelque chose. Et l’enthousiasme est communicatif. Donner une bonne image de son village ne peut que piquer la curiosité des voyageurs ou des nouveaux habitants.

Miser sur les spécialités ! Pour qu’on le retienne, un lieu doit avoir sa propre personnalité. Proposez aux voyageurs cette fameuse confiture mi-figue mi-raisin dont j’ai entendu la promotion au marché par exemple. Comme lieux notoires, entretenez régulièrement ce magnifique lac aux cygnes, on ne voit pas de merveilles pareilles dans les villages alentours, croyez-moi.

Et puis mettez en place des petits jeux tout simples à faire entre deux chopines, cela comblera les moments de silence et participera à la gaité et l’attrait pour votre village. Un jeu de devinette par exemple, deviner une chose ou une personne à laquelle on pense, ou même un petit jeu de rôles amusant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://akidora.forumpro.fr/
Lineluna

avatar

Nombre de messages : 1084
Localisation : dans ses bras, à jamais
Date d'inscription : 15/12/2007

MessageSujet: Re: [RP] A l'aube du commencement...   Mer 2 Nov - 13:09


[A l'aube du commencement... changent nos projets et s'imaginent des plans sur la comète]


Copie du journal de Line :

Dimanche 16 octobre – à deux lieues de Troyes vers le Nord, à une lieue de Saint-Ménéhould

Finalement nous ne sommes pas restées à Langres, l’aventure continue !

Nous avons passé deux jours à Troyes, on a du s’arrêter à cause de moi. Je fais la forte mais j’ai de plus en plus de mal à supporter les cahotements de la charrette. Mais peu importe, je n’ai qu’une envie, fuir, le plus loin possible de Dole et arriver enfin en Flandres. Le voyage me parait durer une éternité. A quand la fin de ce calvaire ?

Les enfants supportent bien le voyage. Ils sortent souvent des plaisanteries qui font rire Emma. Elle a même laissé Owen conduire un peu les chevaux. Il a adoré ça d’ailleurs. La puce adore son nouveau papa, elle lui demande souvent de lui raconter des petites histoires, ou elle lui pose des questions amusantes auxquelles il a du mal à répondre. Je trouve ça très amusant et ça le fait râler. S’ils savaient comme je les aime, tous.

Aujourd’hui, il manque quelqu’un à l’appel. Ce ne sera pas la peine de l’attendre m’a dit Emma avec détachement. Son manque d’expression m’a glacé le sang un moment. Mon instinct m’abandonnerait-il ? Je croyais ces deux là fait l’un pour l’autre dès leur première rencontre. Ange et Emma semblaient former un beau petit couple, sa patience et sa douceur semblaient combler les humeurs habituelles d’Emma, mais finalement n’était-ce qu’une façade qui s’est écroulée dès les premières difficultés ? J’avais remarqué son agacement de ces derniers jours sans penser une seconde que l’aboutissement serait la séparation pure et simple.


Lundi 17 octobre – Reims

Emma me dit qu’il faut faire profil bas en Artois et en Champagne, surement à cause de ces refus de laisser-passer, et surtout à cause de l’armée artésienne prête à nous faucher si on ose mettre un seul pied en Artois. Profil bas, donc, et elle nous mène à Reims. Passée la surprise et l’affolement, j’en ai rit, mais rit. On ne va surement pas faire de vieux os ici, je ne veux pas qu’on me colle un procès pour trouble à l’ordre public moi. On ne fait que passer bonnes gens, on est déjà partis !

Adieu les Flandres, on oublie nos plans et on recommence du début.


Mercredi 19 octobre – Toul

Une traversée en apnée de la Champagne, un retour en terres connues, pleines de souvenirs. Toul me rappelle bien des choses. Un peu de calme avant la tempête qui s’annonce. Une belle soirée en amoureux, des projets qui se profilent.

L’autre jour, Emma me disait qu’Ange était parti rejoindre sa dernière conquête. Aujourd’hui il multiplierait les amantes. Emma n’aurait été qu’une aventure dès le départ ? Quel cruel personnage. Un homme de plus qui l’aura profondément blessée. Mais cette fois elle n’en sort pas indemne. Vu son état il lui a laissé un petit cadeau. La belle Emma va bientôt avoir un petit ventre rond elle aussi. Une fille ou un garçon ? On a parlé de prénoms aujourd'hui. Maelys m'a-t-elle dit il me semble, si c'était une fille. Prénom choisi en référence à un ami qui nous est cher à toutes les deux. Pour le garçon, était-ce Mael ? La nouvelle m'a tellement abasourdie que j'en ai même oublié de l'écouter un moment.

Néanmoins, j’ai la nette impression qu’Emma prends le même chemin que celui que j’ai suivi autrefois. Ne croyant plus aux hommes ni en l’amour, fonçant tête baissée dans tout ce qui pourrait lui rappeler son grand amour passé. Ne sombre pas Emma, je ne t’abandonnerai pas. Tiens bon et relève-toi. Tout ne fait seulement que commencer.


Vendredi 21 octobre – Vaudemont

Deux jours à Vaudemont, un village agréable même s’il est calme. Finalement j’aime bien la Lorraine, même si la plupart des "importants" sont à jeter, à l’image de la FC.

Demain nous chemineront jusqu'à Epinal où mon amie Yarwelh m’a invité dans son domaine avec ma petite famille. J'ai hâte d'arriver, je ne tiens plus debout par moment.

J'ai dessiné notre périple depuis notre départ de Dole. Dire que nous devions nous rendre en Flandres, finalement nous aurons fait une boucle.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://akidora.forumpro.fr/
Lineluna

avatar

Nombre de messages : 1084
Localisation : dans ses bras, à jamais
Date d'inscription : 15/12/2007

MessageSujet: Re: [RP] A l'aube du commencement...   Mer 2 Nov - 13:28


[A l'aube du commencement... s'invitent des retrouvailles endeuillées]



[Castel du domaine de Fraize, chez Yarwelh]

Par un caprice du destin, nous revoilà huit mois plus tard, au même endroit, avec les mêmes personnes, à quelques détails près cependant.

Cette fois, le couple ne voyageait pas seul. Leur petite famille était (presque) au complet – ne manquait que le grand qui vivait désormais avec sa fiancée –, il y avec donc Owen, un grand gaillard brun d’une dizaine d’années affichant toujours ce petit air espiègle qui rappelait son père et sa petite sœur Nya, l’étoile brune de la famille qui allait sur ses 6 ans, un vrai petit ange avec ses yeux en amande et ses petites boucles.

Ses deux petites terreurs pleines de vie ne tenaient pas en place aujourd’hui. En voyant le castel Owen avait insisté pour frapper lui-même au battant de la lourde porte et Nya l’avait talonnée pour l’accompagner dans sa tache. A eux deux ils avaient fait un vacarme qui avait tôt fait d’attirer Jacquemin.

Deuxième détail et pas des moindres, Line portait à présent la vie et elle approchait certainement du terme de sa grossesse vu la taille de son ventre, source de moquerie inépuisable pour la plupart de ses amis masculins d'ailleurs. Dans son état, il n'était pas bon de faire trop d'efforts, et surtout de voyager autant. Nombreux s'acharnaient à le lui rappeler, mais Line n'en faisait qu'à sa tête, comme toujours. Elle ne pouvait pas se passer de voyages. Emma la tempérait néanmoins.

Emma était la soeur d'Anna. Une amie formidable, passée elle aussi par bon nombre d'épreuves difficiles. Malgré tout, elle avait toujours su conserver sa joie de vivre et sa bonne humeur. Par moment elle lui rapellait drôlement sa grande soeur, elle avait la même détermination et la même force de caractère. C'était une amie précieuse, la seule qui lui restait avec Yar d'ailleurs. Elles voyageaient ensembles cette fois, au gré de leur envies et de leurs rencontres, mais malgré la proposition de Line, elle avait préféré ne pas déranger et prendre une chambre à l'auberge.

Line avait gratifié Jacquemin d'un sourire fatigué mais chaleureux lorsqu'il les avait introduit au domaine, certainement prévenu de leur arrivée par la maitresse des lieux.


Toujours aussi agréable ce castel. Vous transmettrez mes amitiés à votre maitresse pour moi je vous prie. Et j'espère la voir avant la fin de ce jour, j'ai des tas de choses à lui raconter !


Jacquemin - Intendant du domaine de Fraize

Le domaine de la Rose Sauvage était en deuil. Le seigneur de la Dame n'était plus. Certes, il n'avait jamais vécu au domaine et le personnel ne le connaissant pas, ils ne le regrettaient pas particulièrement. Cependant, le malheur de leur Dame était si visible, si profond, si touchant, que tout le castel avait perdu le sourire. Ils ne voyaient plus la Dame qu'en de rares occasions et encore. Elle ressemblait plus à une ombre s'amenuisant petit à petit qu'à un estre humain. Et ce malgré sa grossesse qui avançait.
Malgré tout, leur maistresse avait donné des ordres précis. Le castel devait paraistre vivant à l'arrivée de ses invités, les chambres prestes, les tables dressées, les gardes-manger pleins de gibet (ce qui ne ferait pas de mal à leur maistresse vu la perte de poids que l'intendant observait). Tout pour leur confort, leur plaisir et leur bon vouloir. Surtout celui de la dame. Elle était dans le mesme état que leur Seigneurie et ne devait pas avoir de contrariété.
Il y avait donc eu de l'effervescence ces derniers jours des écuries aux cuisines, en passant par les chambres et le potager.
Plusieurs chambres avaient été préparées dans l'aile des invités. Une pour le couple, mais aussi celles des enfants. Et puis un berceau avait été ouvragé.
La table était déjà dressée et n'attendait plus que ses hostes. Les cuisines préparait terrines sur terrines, de la viande séchée, du pain en quantité et le gibet n'attendait plus que d'estre cuit.

Aussi, quand les lourdes portes résonnèrent, Jacquemin fit ouvrir les portes sans aucun regret.
Le couple lui était familier. Il s'inclina au plus bas comme le souhaitait la politesse et les invita à entrer vivement: la fraicheur commençait à s'insinuer partout. Et puis ils avaient l'air fatigués. Pour cela, il les mena directement à leur chambre, donnant en passant l'ordre à des domestiques de monter les bagages.

Une fois la famille convenablement installée, il écouta la dame.


Cela sera fait selon vos souhait dame Lineluna.
Ma dame me fait dire qu'elle vous convie à son repas une fois repos prit. Vous pourrez ainsi lui parler directement.


Jacquemin souriait devant la joie de vivre de la dame. Reprenant son sérieux, il ajouta:

Dame Yarwelh met aussi à vostre disposition Guiraude pour vous aider. Elle vous aidera et fera selon vos souhaits. En cas de besoin, n'hésitez pas à faire appel à elle. Je reste aussi à vostre disposition.

Jacquemin s'inclina de nouveau, avant de quitter la pièce.


Guiraude - Servante du domaine de Fraize



Elle était nouvelle au Domaine de Fraize, sa mère avait travaillé dans une autre Seigneurie avant et l'avait amenée quelque fois pour lui expliquer le travail à faire, la Guiraude avait pas tout compris mais du moins assez pour réussir à se faire embaucher. La servante ne tenait pas à gâcher ses premiers jours et se présenta donc immédiatement après l'intendant, cognant à la porte, attendit l'autorisation d'entrer puis ouvrit avant de faire une révérance maladroite.

J'suis Guiraude, j'suis à v'tre service M'dame, M'sieur


(à suivre, j'éditerai)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://akidora.forumpro.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP] A l'aube du commencement...   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] A l'aube du commencement...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une aube funeste ...
» La milice, et l'Aube Ecarlate.
» Zelda Majora's Mask - L'aube du 4EM JOUR !
» La lumière de l'aube
» 25 et 26 avril bfg/netepic a bucheres ( aube)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Demeure de Lineluna :: La maison :: Salon-
Sauter vers: